Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retour aux sources : les 10 conséquences

Publié par REB sur 26 Août 2013

Retour aux sources : les 10 conséquences

Si vous avez suivi la dernière new concernant l'actu de Resident Evil, vous savez que CAPCOM envisage de revenir aux sources de la série avec le prochain RE dont le développement n'est bien entendu pas encore connu publiquement.

Mais que signifie vraiment "retour aux sources" ? Même s'il a été beaucoup demandé, est-il pour autant la clef de la renaissance de la popularité et du triomphe de la série Resident Evil ?

En premier lieu, qui dit retour aux sources, dit en première pensée le retour du Survival-Horror. Sachant que la série tournait récemment plus vers l'action, qu'est-ce qui fait un Resident Evil un Survival-Horror ? C'est ce que nous allons essayer d'énoncer dans cet article ; les 10 particularités qui faisaient des anciens RE des jeux d'horreur et de survie.

Retour aux sources : les 10 conséquences
  • 1 : L'inventaire difficile à gérer

Tout d'abord la gestion de l'inventaire, très restreinte dans les anciens opus, mais pour le coût plus réaliste. Un total limité d'emplacements pour porter ses objets, cela nous faisait revenir à des endroits ici et là. Et ce n'est pas de tout repos quand l'histoire se déroule dans un énorme manoir.

"Oh une clef par terre ? Mince ! Je n'ai plus de place sur moi, je dois retourner dans la salle du coffre pour poser des items et revenir chercher cette clef ici."

Il faut se souvenir du chemin, repasser par des endroits où règne une ambiance peu attractive, (re-)survivre aux monstres croisés qui peuvent (ré)apparaître, et même quelques fois en plus costauds qu'avant (référence : les Crimsons Head de Rebirth).

Comment gérer cette fonction dans un jeu moderne ? Bien sûr, le coffre a déjà été remplacé par la possibilité de jeter ses objets sur soi directement par terre depuis RE4. Et le fait que l'on ne puisse pas porter un fusil à pompe, un gros sac de substance chimique et un lance-grenade en même temps pourrait aussi paraître plus réaliste. Mais il faut éviter l'anti-jeu.

L'inventaire de Resident Evil 2 avec Léon S. Kennedy portait jusqu'à 8 objets.

L'inventaire de Resident Evil 2 avec Léon S. Kennedy portait jusqu'à 8 objets.

  • 2 : Le manque de ressources

Ensuite il y a la difficulté. En effet, la survie s'identifie au manque de ressources ou en très petites quantités. Que la moindre chose trouvée devienne importante et précieuse. Pas beaucoup de balles, pas beaucoup de soins, pas beaucoup d'armes. Se débrouiller pour survivre avec le peu de moyens que l'on possède et que l'on déniche. Donner difficilement des munitions de magnum a contrario de donner plus facilement des chargeurs de 9mm.

Dans une tendance où l'on est habitué à jouer à des jeux qui offrent des armes à gogos et des munitions à ne plus s'en rendre compte, cette recette peut-t-elle toujours faire ses preuves ?

  • 3 : Le bestiaire

"Pour que le Survival-Horror revienne, il faudrait déjà qu'ils arrêtent avec les monstres qui portent des armes à feu ou les humains ennemis." disent certains fans. Pourtant The Last Of Us a réussit à installer ce système d'adversaires en mélangeant monstres et hommes armés tout en créant bien l'ambiance de survie. Il n'est pas impossible que ce genre d'ennemis soient encore à l’œuvre dans le prochain RE.

Mais si vous êtes complètement contre ce type d'ennemis, vous ne serez pas déçu si l'éditeur décide de ne pas en mettre dans Resident Evil 7. L'une des forces des Resident Evil (j'ai même envie de dire de CAPCOM en général dans tous leurs jeux) est justement la variation de monstres que l'on peut rencontrer dans les différentes aventures. Et de ce côté, Resident Evil 6 est même en bonne position. Il y a toujours eu divers bêtes dont la manière pour les tuer était différente pour chacun. Qui n'a pas envie de revoir des araignées géantes vicieuses, ou une plante têtue surgissant à n'importe quel moment.

Le chien-mutant et l'espèce que l'on rencontre le plus souvent dans les RE, ici dans Resident Evil 1, 2, 4, 5, 6 et Revelations.Le chien-mutant et l'espèce que l'on rencontre le plus souvent dans les RE, ici dans Resident Evil 1, 2, 4, 5, 6 et Revelations.Le chien-mutant et l'espèce que l'on rencontre le plus souvent dans les RE, ici dans Resident Evil 1, 2, 4, 5, 6 et Revelations.
Le chien-mutant et l'espèce que l'on rencontre le plus souvent dans les RE, ici dans Resident Evil 1, 2, 4, 5, 6 et Revelations.Le chien-mutant et l'espèce que l'on rencontre le plus souvent dans les RE, ici dans Resident Evil 1, 2, 4, 5, 6 et Revelations.Le chien-mutant et l'espèce que l'on rencontre le plus souvent dans les RE, ici dans Resident Evil 1, 2, 4, 5, 6 et Revelations.

Le chien-mutant et l'espèce que l'on rencontre le plus souvent dans les RE, ici dans Resident Evil 1, 2, 4, 5, 6 et Revelations.

RE6 annonça le grand retour des zombies, en version "améliorés" : ils courent, ils portent des armes, ils sautent, ils lancent des armes...

Après nous avoir offert à nouveau des Lickers à affronter dans RE5 (apparues pour la première fois dans RE2), pourquoi ne pas se battre à nouveau contre les Hunters ou les BanderSnatchs de Code Veronica (images ci-dessous).

Retour aux sources : les 10 conséquences
Retour aux sources : les 10 conséquencesRetour aux sources : les 10 conséquences
  • 4 : Les rudes énigmes

Voici un autre point sur lequel j'espère personnellement faire face dans le ou les prochains Resident Evil : les énigmes ! Être perdu avec une ou plusieurs pièces dont on ignore leur utilité, rencontrer des salles fermées qu'il faut ouvrir en résolvant un mystère.

Dans les premiers Resident Evil, il y avait parfois quelques énigmes, mais pas assez exploitées et certaines restaient un peu trop simplistes. Elles n'augmentaient pas plus que ça la difficulté du jeu. Pourquoi ne pas les faire se modifier aléatoirement quand on referait le mode histoire ? Cela augmenterait par exemple la durée de vie du jeu.

Image de Resident Evil 3 : Nemesis.

Image de Resident Evil 3 : Nemesis.

  • 5 : Pas de coopération à deux

Qui dit retour aux sources, dit vouloir faire peur, dit Survival-Horror. Tout ça rimerait avec la disparition du mode coop online et en écran partagé. Et cette disparition ne sera pas sans regrets car ce nouveau système apparu pour la première fois dans Resident Evil 5 et revu dans RE6, a été remarqué comme la force de ces derniers.

Pouvoir faire l'histoire du jeu à deux avec un ami est très plaisant mais malheureusement de plus en plus en disparition dans les jeux actuels. Et pour suivre la tendance, le prochain RE pourrait aussi ne pas intégrer cette fois-ci cette option.

Mais pour les personnes étant pour l'élimination de ce procédé, leur argument est plus dirigé sur le solo. Quand on veut jouer seul le partenaire est contrôlé par l'ordinateur. Il faut le surveiller, il ne fait que gêner qu'autre chose. Car il faut bien l'avouer, l'IA n'est pas des plus réussies que ce soit dans RE5 ou dans RE6. Donc si les développeurs envisagent de toujours proposer de faire l'aventure en coopération, l'intelligence artificielle devra être revue quand on jouera en solitaire.

Coopération en 'split-screen' de RE5.

Coopération en 'split-screen' de RE5.

  • 6 : Pas d'action

Ce n'est pas forcément une bonne nouvelle. Étonnant vous dites ? Resident Evil 5 est tout de même le second RE plus vendu à ce jour avec 8,24 millions d'exemplaires distribués sur PC, 360 et PS3 (ne surtout pas croire les chiffres de Wikipédia ! Le plus vendu restant Resident Evil premier du nom avec plus de 10 millions, Director's Cut comprit). Et pourtant, c'est celui qui est le plus tourné vers l'action. On comprend donc que la stratégie de CAPCOM de s'orienter sur le marché de l'action pour toucher un plus large public n'était pas défaite.

En conséquence, si le jeu se voit retourner au Survival-Horror, il ira concourir dans une catégorie moins ouverte et pourrait perdre un public précieux (qu'il a peut-être déjà perdu de toute manière...). Effectivement, ils se font rares mais il en existe ; des joueurs qui préfèrent que Resident Evil soit un jeu d'action plutôt qu'un Survival.

  • 7 : Plus de peur et de stress

Ça coule de source, c'est ce que demande la plupart des puristes et c'est d'ailleurs l'un des objectifs de CAPCOM, qui estime tout de même que "c'est de plus en plus difficile de faire peur aux joueurs de nos jours". Mais l'éditeur et tout de même confiant ; après le petit succès de Revelations, ils comptent bien s'en inspirer.

Pas besoin de s'attarder sur ce point plus longtemps, sachant que la peur varie plutôt selon les personnalités.

Cinématique épique : le tout premier zombie que l'on rencontre dans Resident Evil 1 (ici la version Rebirth).

Cinématique épique : le tout premier zombie que l'on rencontre dans Resident Evil 1 (ici la version Rebirth).

  • 8 : Retour au "vrai" scénario

Le virus-T, virus-G, virus-C, virus-T/G, Ne-Alpha, Progenitor, Regenesis, Plagas, Uroboros... Tant de codes tournant autour des virus créés par Umbrella ou autres compagnies. À quoi peut-on s'attendre comme déroulement dans l'histoire des prochains Resident Evil ?

Ce que la majorité des puristes demande, c'est qu'il y ait un gros bouleversement, quelque chose qui fera accrocher les gamers et les tenir en haleine. Certains parlent de la mort d'un personnage. Cela peut s'avérer intéressant à condition qu'elle soit bien imaginée (SPOIL : et non pas comme la fin de Chris et Piers dans Resident Evil 6 qui était un peu "tiré par les cheveux") et que le personnage qui fera la victime ne soit ni trop important pour la série (car une déception des joueurs arrive vite) ni trop indifférent (car ne créera pas de surprise), même si je doute qu'un fan arrête de jouer à RE juste parce que son personnage préféré est mort. Il ne pourra s'empêcher de vouloir comprendre les raisons du décès et de découvrir comment l'histoire va se dérouler après l'incident : tournant, dénouement, réactions des autres protagnistes, etc. Il se trouvera bien une raison de jouer : la curiosité.

Resident Evil 5 : Perdus dans les Cauchemars. Contenu additionnel où l'on joue un "Flash Back" avec Chris et Jill dans le manoir Spencer.

Resident Evil 5 : Perdus dans les Cauchemars. Contenu additionnel où l'on joue un "Flash Back" avec Chris et Jill dans le manoir Spencer.

  • 9 : La jouabilité

Fini la caméra fixe planquée à des endroits stressants où l'on ne peut à peine voir le bout du couloir, maintenant c'est caméra sur l'épaule en mode TPS et ce depuis Resident Evil 4. Toujours depuis ce dernier, nous pouvons donner des coups de combat au corps-à-corps appelés sous forme de QTE (actions contextuelles à effectuer plus ou moins rapidement) et même dans Resident Evil 6 des roulades en avant/arrière et sur les côtés. Celui-ci nous permet aussi de mettre des coups sans dépendre de QTE et de tirer rapidement de manière assez "stylée" en dépit d'une barre d'endurance.

Les habiletés dans Resident Evil 6 qui permettent d'avoir des améliorations sur les armes, la vie, l'endurance...

Les habiletés dans Resident Evil 6 qui permettent d'avoir des améliorations sur les armes, la vie, l'endurance...

  • 10 : Le retour de personnages

Enfin, le retour aux sources peut aussi évoquer la réapparition d'anciens personnages emblématiques de la série. Le plus gros évènement perturbateur serait le retour d'Albert Wesker (SPOIL : malgré sa mort dans RE5, il peut y avoir une raison qui pourrait le faire revenir, on a vu ça dans plein de jeux/séries/films) mais les fans demandent aussi le retour de Claire Redfield (pas apparu depuis Code Veronica X) et de Jill Valentine (même si elle est contrôlable dans RE5 et Revelations, elle n'a pas eu son historiette personnelle depuis Resident Evil 3).

Chris est le "chouchou" de CAPCOM, Léon le "chouchou" des fans (voir sondage) et les joueurs souhaiteraient que Ada Wong tienne son aventure rien qu'à elle. Ils ont aussi apprécié le fils d'Albert Wesker : Jake Muller, et espèrent qu'il fera partie définitivement de la série. En revanche, en pied de liste, dans les moins "préférés" ou les "oubliés", nous retrouvons Rebecca Chambers, Barry Burton, Steve Burnside et j'en passe... (la source de tous ces dires : voir sondage réalisé antérieurement).

Resident Evil 6 a marqué le retour de Sherry Birkin, la petite fillette de Resident Evil 2 (prise pour Ashley Graham dans le premier trailer). Sera-t-elle encore présente dans un futur épisode ? Y aura-t-il un ou des nouveaux personnages ?

Ada Wong dans Resident Evil 6.

Ada Wong dans Resident Evil 6.

Pour conclure, le retour aux sources pour Resident Evil ne sera pas forcément synonyme de succès et de réussite. Si CAPCOM n'arrive pas à équilibrer la balance entre les méthodes à l'ancienne et les moyens actuels pour ne pas paraître dépassé et savoir rester moderne, cela peut s'avérer devenir un futur échec, une fois de plus. Wait & See

Commenter cet article